X Patientez Un peu de patience, le festival se prépare...

Le contenu de cette page sera bientôt disponible !

FERMER
Editos


« Non, non et non ! Au cinéma, la mer c’est la m.... ! ». Malgré le courage dont il fît preuve au long de sa carrière, c’est avec ce jugement cambronnesque que le producteur Alexandre Mnouchkine décourageait tous les imprudents qui lui proposaient un projet maritime. Il est vrai que les caprices océaniques et les impératifs de tournage n’ont jamais fait bon ménage. A l’âge d’or des films de studios, les épopées de flibustiers avec vaisseaux et capitaines courageux ne se risquaient pas à mettre les pieds dans l’eau. Autour de maquettes et de transparences, de zélés machinistes se chargeaient d’envoyer le contenu de leurs seaux au visage des vedettes tandis que d’autres actionnaient des vérins pour simuler la houle.


Puis vint « Le monde du silence » le documentaire du commandant Cousteau, réalisé par Louis Malle, puis de grands succès sublimant la mer dans tous ses états - « Les Dents de la mer », « le Grand bleu », « Abyss » « Titanic » ou « Océans ». Ce n’est sans doute pas un hasard si leurs bandes originales signées John Williams, Eric Serra, James Horner ou Bruno Coulais nous restent en mémoire.


Vous l’aurez compris, pour sa 5eme édition, notre festival tourne son regard au large du remblai. Sujet de fascination depuis des siècles et de préoccupation pour ceux à venir, celle que nous contemplons aujourd’hui ne cessera jamais de nous dérouter, justifiant la réflexion d’Allessandro Barrico « La mer est sans routes, la mer est sans explications ». On ne peut mieux dire.


Christophe Barratier
Co-président du Festival


La 5e édition du Festival du Cinéma et Musique de Film de La Baule braquera ses projecteurs,tel un phare la nuit, sur l’un des plus beaux attraits de La Baule : la Mer ! Et pour mettre en lumière toute sa beauté, le choix du film Le Grand Bleu a été une évidence, d’autant que cette année correspond au 30e anniversaire du film de Luc Besson.


Le Grand Bleu ne serait pas Le Grand Bleu sans sa musique, un des ingrédients essentiels du succès de ce long-métrage qui a influencé toute une génération.


Alors, après Francis Lai, Michel Legrand, Lalo Schifrin et Vladimir Cosma, le festival déroule son tapis rouge pour une autre légende de la musique de films : Éric Serra.


Autour de ce compositeur de renommée internationale et de ce thème, ce sont donc les océans et l’Aventure des mers avec un grand « A », celle des navigateurs intrépides et autres pirates, qui seront à l’honneur.


Cette édition permettra aussi de sensibiliser les plus jeunes sur la nécessité de préserver nos océans et les espèces qui y vivent.


Et comme le festival à la chance d’avoir une double identité, à la fois musique et cinéma, le festival aura aussi le privilège d’accueillir et de rendre hommage à l’immense Gérard Depardieu qui se produira sur la scène du palais des congrès de La Baule Atlantia pour une unique représentation de « Depardieu chante Barbara ». Un moment qui fera date à La Baule.


Fanny Ardant, Jacques Perrin et Michael Lonsdale, entre autres, feront aussi parti, de la distribution exceptionnelle de ce 5ème festival.

Et toujours Au programme également de nombreuses avant-premières, en présence des équipes des films, rencontres, master class, expositions et animations.


Bon festival !


Sam Bambino
Co-Président du Festival


Chers amis,


Le Festival du Cinéma et Musique de Film de La Baule est un rendez-vous désormais incontournable de notre station qui a parfaitement réussi la symbiose entre deux arts générateurs de créativité, d’imagination et d’émotion.


Le choix du thème de cette cinquième édition est plus que jamais en parfaite harmonie avec le cadre environnemental de La Baule. Les océans représentent 71 % de la superficie de la planète et jusqu’à 80 % de sa biodiversité. Il est donc important de sensibiliser le public à sa protection.


Le 30e anniversaire de l’odyssée romantique de Luc Besson « Le Grand Bleu » marque sa pérennité dans le fascinant univers sous-marin excellemment sublimé par la musique du compositeur Éric Serra dont le concert à Atlantia promet de nous procurer autant de bonheur qu’avec Francis Lai, Michel Legrand, Lalo Schifrin et Vladimir Cosma.


Fait exceptionnel, Christophe Barratier et Sam Bobino ont invité cette année Gérard Depardieu.
L’acteur vient à La Baule pour interpréter les très beaux textes de Barbara, avec tout le talent qu’on lui connait.


L’exposition « Des souvenirs pour mémoire » à l’espace culturel de la chapelle Sainte-Anne met en lumière de magnifiques portraits de personnalités du cinéma qui confient leurs plus beaux souvenirs, en hommage à tous ceux dont la mémoire s’est enfuie.


La sélection de films en avant-première qui s’annonce, promet encore un palmarès qui récompensera des films parmi les meilleurs de l’année.


Je vous souhaite une excellente édition, pleine de l’enchantement des musiques et de la mer.



Yves Métaireau
Maire de La Baule-Escoublac
Président de la Communauté d’agglomération Cap Atlantique


Face à l’océan, le 5ème Festival de Cinéma et Musique de Film de La Baule donne joliment le là : la mer - le thème directeur retenu cette année - s’impose ici devant l’une des plus baies naturelles d’Europe. Barrière, se réjouit d’être le partenaire de cet événement qui célèbre la musique de film, une discipline invisible voire ignorée que certains persistent à ne considérer que comme un auxiliaire mis au service d’une histoire, de travellings et de plans. Coupez !


Dans le cinéma, les compositeurs sont les alchimistes d’une rigueur qui unit la créativité et la précision. Au point qu’il suffit de quelques notes pour faire surgir en tête les images d’époque des films de Claude Sautet, « Les Choses de la vie », de Claude Lelouch, « Un homme et une femme », de Steven Spielberg, « Les dents de la mer » ; ou celles plus récentes tournées par Damien Chazelle, « La la land ». Et tant d’autres...


 



Quelqu’un a dit que, dans un film, le plus important des dialogues est celui que noue le réalisateur et le compositeur de la musique. Parce que les images et le phrasé des notes et harmonies ne doivent pas seulement s’écouter, ils doivent se répondre, se reconnaître. Jusqu’à devenir inséparables. Cette relation unique est la trace d’un art discret mais essentiel au cinéma que ce Festival de La Baule met harmonieusement en lumière.
Comme l’an dernier, en images et en musiques, je vous souhaite de vous laisser en portée.
Bonnes musiques et bons films !
 



Dominique Desseigne
Président-directeur général du Groupe Barrière


La bande originale d’une création cinématographique est intimement liée à l’image, elle participe
à son identité, souligne la narration, accentue des émotions… Le compositeur de musique pour l’image est véritablement le troisième auteur de toute oeuvre audiovisuelle, aux côtés du
scénariste et du réalisateur.

La Sacem, Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique qui compte dans ses rangs un très grand nombre de compositeurs de musique pour l’image ainsi que 3000 auteursréalisateurs,
mène une politique active de soutien à la création musicale pour l’audiovisuel.

Accompagner les carrières artistiques, favoriser la diffusion des oeuvres et le renouvellement
des répertoires, appuyer l’émergence des jeunes talents et l’insertion des jeunes professionnels
figurent parmi nos priorités et constituent une contribution déterminante de notre société au dynamisme de la création en France.

Mise en lumière de ce mariage artistique que forment la musique et l’image, le festival de la
Baule est un rendez-vous incontournable. Dans le prolongement du festival d’Auxerre, disparu depuis déjà dix ans, il a bâti sa renommée sur la qualité de sa programmation, la diversité des événements proposés et sa capacité à mettre en valeur la création dans toutes ses composantes.

Pour toutes ces raisons, la Sacem se réjouit d’être un partenaire fidèle du festival de La Baule.
Je vous souhaite à toutes et à tous une très belle semaine !


Jean-Marie Moreau
Compositeur Président du Conseil d’administration de la Sacem


Le Festival du Cinéma et Musique de Film de la Baule donne à voir et à entendre la création cinématographique et la création de musique pour l’image, illustrant ainsi les affinités électives qui unissent ces deux arts, dans un film.

Le CNC est heureux d’accompagner cet événement qui oeuvre à la promotion de la musique originale au cinéma. L’engagement du CNC s’est traduit, depuis quelques années, par le renforcement des aides à la musique de long métrage et par la relance des aides à la musique de court métrage.

Ainsi, le CNC a dernièrement soutenu des films comme Visages Villages d’Agnès Varda et JR signée Mathieu Chedid, Guy d’Alex Lutz ou encore d’Un couteau dans le coeur de Yann Gonzalez… La France est d’ailleurs reconnue dans le monde entier pour la qualité de ses compositeurs ; six d’entre eux ont déjà reçu un Oscar : Maurice Jarre, Michel Legrand, Georges Delerue, Francis Lai, Gabriel Yared et encore tout récemment Alexandre Desplat pour la deuxième fois en mars dernier.

ar ailleurs, nous avons lancé des résidences d’écriture avec le magazine SoFilm. Cette année, elle est consacrée à la comédie musicale, genre dont l’engouement renaît auprès du public, et des créateurs.
C’est la raison pour laquelle j’ai souhaité que le CNC soit partenaire de l’exposition qui est consacrée la comédie musicale à la Philharmonie de Paris à partir du 19 octobre. Et en la matière, la France n’est pas en reste. Tout le monde se souvient qu’en 1964 la Palme d’or revenait aux Parapluies de Cherbourg signés Jacques Demy et Michel Legrand…

Voilà en quelques mots notre engagement pour la musique au cinéma. Je veux en profiter pour saluer le travail de l’équipe du Festival, Christophe Barratier, mais aussi les acteurs territoriaux, ainsi que l’engagement de la SACEM, pour la reconnaissance de la musique de film.


Excellent festival à tous !


Frédérique Bredin
Présidente du CNC


Premier groupe d’assurance de protection sociale et patrimoniale en France, AG2R LA MONDIALE
propose une gamme complète de produits et de services en retraite, épargne, prévoyance et santé.
Acteur de référence en assurance de la personne présent sur tous les territoires, sa vocation
l’invite plus largement à s’investir dans la vie de la cité.

Cette implication se traduit notamment à travers la mise en oeuvre d’une politique culturelle destinée à promouvoir la vitalité artistique des territoires.

Dans ce contexte, AG2R LA MONDIALE est heureux de reconduire son soutien à la prochaine édition du « Festival du Cinéma et de musique de film de La Baule ». À cela, au moins trois raisons. La première a trait à la dimension locale et régionale du projet. Fort de son ancrage en Pays-de-la-Loire, le Festival participe pleinement de l’animation culturelle de son aire géographique, favorisant ainsi l’attractivité du territoire à l’adresse du plus grand nombre.

La deuxième fait écho au positionnement singulier du Festival. Le principe même visant à réunir sous une même bannière la musique et le cinéma est en lui-même fédérateur. Au-delà, il est peu de dire combien notre imaginaire cinématographique est nourri de souvenirs imagés et sonores qui, en un instant, nous immergent dans une atmosphère unique et immédiatement appropriable.

Cette année, c’est aux cinéastes et compositeurs inspirés par la mer auxquels le Festival rend hommage : Luc Besson, James Cameron ou encore Jacques Perrin s’agissant des premiers et Eric Serra, James Horner et Alexandre Desplat pour les seconds. Je suis toujours très impressionné par la capacité de ces artistes à émouvoir et surtout à créer un univers reconnaissable par chacun d’entre nous.

La troisième raison, et non des moindres, repose sur le fait que ce Festival s’inscrit dans un axe phare de la politique culturelle du Groupe, à savoir la création contemporaine. Ainsi, à l’occasion de cette édition, nous avons choisi de renforcer notre engagement en faveur des courts-métrages à travers le financement du « Prix AG2R LA MONDIALE du court-métrage ». Il me reste à souhaiter une belle et longue vie au Festival du Cinéma et de Musique de film de La Baule et une pleine réussite à son édition 2018.

André Renaudin
Directeur général AG2R LA MONDIALE