X Patientez Un peu de patience, le festival se prépare...

Le contenu de cette page sera bientôt disponible !

FERMER
Jury

Jean Becker


Président du jury

Jean Becker commence sa carrière comme assistant réalisateur pour son père Jacques Becker, Julien Duvivier et Henri Verneuil.
 
Plus tard, il signe quelques comédies policières avec Jean-Paul Belmondo en vedette qui ont été de grands succès, comme « Un nommé la Rocca » (1961), « Echappement libre » (1964), et « Tendre voyou » (1966).
 
Puis réalise pour la télévision « Les Saintes Chéries » devenue depuis une série culte. Ensuite, il s’intéresse au cinéma publicitaire et tourne environ 500 spots en huit ans.
 
Il revient alors vers le grand écran avec « L’Eté meurtrier » avec Isabelle Adjani qui est un grand succès et remporte 4 César.
 
Il se retourne encore vers la Pub pendant quelques années et l’abandonne définitivement pour se consacrer aux longs métrages.

Et c’est successivement :

« Elisa » avec Vanessa Paradis et Gérard Depardieu, «  Les Enfants du Marais  » avec Jacques Villeret, André Dussollier, Michel Serrault et Jacques Gamblin, « Un crime au Paradis  » encore avec Jacques Villeret, André Dussollier et c’est Josiane Balasko qui vient compléter le trio, « Effroyables Jardins  » toujours avec les deux compères Jacques Villeret, André Dussollier et Thierry Lhermitte, Benoit Magimel, «  Dialogue avec mon Jardinier » avec Daniel Auteuil et Jean-Pierre Darroussin, «  Deux jours à tuer  » avec Albert Dupontel et Marie-Josée Croze, « La Tête en Friche  » avec Gérard Depardieu et Gisèle Casadesus. Puis en 2012, «  Bienvenue parmi nous » avec Patrick Chesnais, Jeanne Lambert, Miou-Miou et Jacques Weber. Ce 17 septembre 2014 est sorti « Bon rétablissement ! » d’après le roman de Marie-Sabine Roger, avec Gérard Lanvin en tête d’affiche.

Alain Chamfort


Jury

De Bébé chanteur à Sinatra, Alain Chamfort a traversé les époques.
 
C’est dans les années 70, grâce à Claude François qu’il rencontrera ses premiers succès. Par la suite, il croise le chemin de Serge Gainsbourg. Lequel lui écrira, entre autre, Manureva, 1 millions d’exemplaires vendus. Par la suite, Jacques Duvall sera l’auteur de nombreux tubes tels que La fièvre dans le sang, L’ennemi dans la glace ou encore Le grand retour.
 
Pierre-Dominique Burgaud croise la route d’Alain Chamfort en 2004 lors du clip Les beaux yeux de Laure, qui se verra récompensé d’une Victoire de la musique du meilleur clip. Leur collaboration se poursuit en 2010 pour l’écriture d’Une vie Saint Laurent. D’autre part, Vanessa Paradis, Véronique Sanson et bien d’autres ont eu le plaisir d’accueillir Alain Chamfort en tant que compositeur, choriste ou pianiste sur leurs albums.
 
Alain Chamfort est également vice-président de la Sacem, la Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de Musique).

Natacha Regnier


Jury


Actrice originaire de Bruxelles, Natacha Régnier fait partie de ces artistes du septième art à connaître une ascension rapide vers le succès.

 Il ne lui aura pas fallu plus de 3 ans pour connaître la consécration avec « La vie rêvée des anges » (prix d’interprétation au Festival de Cannes 1998, meilleure comédienne aux European Awards 1998 et César du meilleur espoir féminin en 1999).

L’année précédente, elle décrochait le prix Jean Vigo et le prix Jean Carmet pour « Encore » de Pascal Bonitzer.

Elle enchaîne alors les tournages à l’occasion desquels elle soutient souvent des premiers rôles. Natacha Régnier alterne premiers films et œuvres de réalisateurs confirmés. Affichant une prédilection pour les univers très personnels, comme ceux de Luc Bondy, Eugene Green ou encore Jane Birkin, elle collabore également avec Chantal Akerman, Lucas Belvaux. Emmanuel Bourdieu. Elle joue également sous la direction de Costa Gavras, François Ozon et Anne Fontaine.

Au théâtre, « Vivre dans le feu » est l’occasion d’un premier grand rôle au théâtre en France. Suivront « Haïm – à la lumière d’un violon » mis en scène par Gérald Garutti et « La double mort de l’horloger » par Engel au Théâtre National de Chaillot.
 


 

 Zoé Felix



 Jury



 Zoé Félix est découverte à 20 ans par Olivier Dahan qui lui offre son premier rôle au cinéma dans Déjà mort.


 Elle enchaînera les tournages, notamment auprès de Marc Esposito comprenant la trilogie Le Cœur des hommes dans lequel elle fait tourner la tête de Gérard Darmon.et dans Toute la beauté du monde au côté de Marc Lavoine.


 Par la suite, Elle incarne la femme de Kad Merad dans le film de Dany Boon, Bienvenue chez les Ch’tis et La même année, elle devient le nouveau visage de Clara Sheller diffusé sur France 2.
 Elle sera l’héroïne du film Captif de Yann Gozlan et tournera en Italie un premier rôle dans Studio Illegale, de Umberto Carteni.
 En 2013, elle tourne sous la direction de Nicolas Mercier dans Grand Départ aux côtés de Pio Marmai avant de rejoindre Francis Veber sur les planches en 2014 pour l’adaptation du Placard avec Elie Semoun au Théâtre des Nouveautés. Fort de son succès, cette pièce tournera dans toute la France dès janvier 2015.



 

 


 Marco Prince


Jury



Marco Prince fait ses gammes comme DJ au Palace des les années 90.




Remarqué aux Transmusicales de Rennes en 1990 avec son groupe de funk FFF, il enregistre en 1991 « Blast Culture » chez Epic.



Dans le sillon du jeune groupe prometteur, Spike Lee réalise le clip de l’album et Georges Clinton la vidéo d’une tournée au Japon, au Canada, en Afrique…



Marco Prince et son groupe imposent définitivement leur heavy groove avec « Free for Fever » en 1993 puis « Le Pire et le Meilleur » en 1996.



Après un album éponyme en 1996 et une Victoire de la Musique pour sa présence scénique époustouflante (Olympia 1997), FFF attend 2002 pour sortir « Vierge » chez V2.

Après quelques apparitions en tant qu’acteur dans des films comme « Le Défi » de Bianca Li, « Le Boulet » d’Alain Berberian et Frédéric Forestier, Marco Prince signe sa première BO pour « Total Western » d’Eric Rochant (dans lequel il joue également).

Fasciné par l’aventure, Marco Prince créé alors sa société « Lola sous la Lune », qu’il dote d’un studio professionnel et d’un orchestre de chambre dote du fleuron de la jeunesse classique.


Suivent ainsi les BO du « Pharmacien de Garde » (Jean Veber), « Tais-Toi » (Francis Veber), « Ce qui compte pour Mathilde » (court-métrage de Stéphanie Murat avec Sylvie Testud), « Elle pleure pas » (court-métrage de Steeve Suissa avec Christiana Reali et Francis Huster) et de nombreuses pub (parfum « Mémoire d’Homme » de Nina Ricci, Mercedes etc.)

Eclectique peut certainement définir au plus prêt Marco Prince qui vient tout juste de livrer une musique de scène funk pour le one man show de Jamel Debouze en même temps qu’il réalisait la BO de la série culte pour Canal+ « Mafiosa » ou des musiques d’évènements internationaux comme la musique de la Cérémonie d’Ouverture des Jeux asiatiques de Doha ou la musique de la Cérémonie d’Ouverture de la Coupe du Monde de Rugby en mondovision. On l’a également remarqué comme jury de la célèbre émission de télé crochet « La Nouvelle Star » ou toujours comme acteur au théâtre dans une magnifique création « Le Costume » mise en scène par Peter Brook aux coté d’acteur internationaux.



Festival du Film de La Baule
Palmarès 2016

Ibis d’Or du Meilleur film :
« Paterson », de Jim Jarmusch (USA)

Ibis d’Or de la Meilleure Musique de film :
« La Tortue Rouge », musique de Laurent Perez del Mar (France, Belgique, Japon)

Ibis d’Or du Meilleur Scénario :
« Tanna », de Martin Butler et Bentley Dean (Australie, Vanuatu)

Ibis d’Or du Meilleur Acteur :
Adam Driver, pour « Paterson » (USA)

Ibis d’Or de la Meilleure actrice :
Golshifteh Farahani, pour « Paterson » (USA)

Ibis d’Or du Prix du Public - Groupe Barrière :
« Tour de France », de Rachid Djaïdani (France)

Ibis d’Or du Meilleur Court-Métrage – AG2R la Mondiale :
« The Fall of Men », de Yohan Faure

---

Ibis d’Or d’Honneur (pour l’ensemble de sa carrière) :
Lalo Schifrin