X Patientez Un peu de patience, le festival se prépare...

Le contenu de cette page sera bientôt disponible !

FERMER
Edito


Musique et cinéma à La Baule : quand l’accord est parfait.


Si vous deviez répondre à l’inusable poncif : "Quel disque emporteriez-vous sur une île déserte ? " je vous conseillerais de répliquer "de la musique de film ", le seul genre musical qui, précisément, les embrasse tous.


Quel autre domaine pourrait-il, en effet, fédérer les synthétiseurs vintage de Georgio Moroder avec les effluves symphoniques de Max Steiner ? La trompette indomptable de Miles Davis avec les fanfares balkaniques d’un Goran Brogovic ?


Terre d’exploration sans limites, la musique de film ignore les dogmes, la mode et déjoue toutes tentatives de classification. Elle fait chanter avec Legrand-Demy, danser avec Kelly-Gershwin, elle effraie avec Hermann-Hitchcock, nous fait sangloter avec des "Jeux interdits", réinvente l’Amérique avec Morricone-Leone...


Elle fût la pionnière du "mariage pour tous", unissant pour la vie Steven Spielberg et John Williams, Fellini et Rota, Francis Lai et Claude Lelouch, Maurice Jarre et David Lean, Cosma et Yves Robert, Philippe Sarde et Claude Sautet...


Il lui arrive même de ressusciter les morts, si l’on en croit ceux qui vénèrent Haendel pour avoir écrit la Sarabande de "Barry Lyndon" et Mozart, pour s’être surpassé en composant la bande sonore d’"Amadeus".


La musique de film a permis à nombre de nos compatriotes de garnir leur bibliothèque avec un Oscar, Alexandre Desplat étant le dernier en date, brillant successeur de Maurice Jarre, Michel Legrand, Francis Lai ou Gabriel Yared.


La musique de film s’émancipe de plus en plus des supports sur lesquels on l’a gravée, si l’on en juge par les orchestres de notoriété mondiale qui l’incluent désormais dans leurs programmes.


Enfin, pour avoir jeté son dévolu sur La Baule, elle prouve maintenant qu’elle a tout saisi de l’art de vivre.


Christophe Barratier

Festival du Film de La Baule
Palmarès 2016

Ibis d’Or du Meilleur film :
« Paterson », de Jim Jarmusch (USA)

Ibis d’Or de la Meilleure Musique de film :
« La Tortue Rouge », musique de Laurent Perez del Mar (France, Belgique, Japon)

Ibis d’Or du Meilleur Scénario :
« Tanna », de Martin Butler et Bentley Dean (Australie, Vanuatu)

Ibis d’Or du Meilleur Acteur :
Adam Driver, pour « Paterson » (USA)

Ibis d’Or de la Meilleure actrice :
Golshifteh Farahani, pour « Paterson » (USA)

Ibis d’Or du Prix du Public - Groupe Barrière :
« Tour de France », de Rachid Djaïdani (France)

Ibis d’Or du Meilleur Court-Métrage – AG2R la Mondiale :
« The Fall of Men », de Yohan Faure

---

Ibis d’Or d’Honneur (pour l’ensemble de sa carrière) :
Lalo Schifrin